Le Reg perdu

Le Reg perdu

Image without a name

En 2016, un plongeur a dû abandonner son gréement lors d'une plongée dérivante en Norvège. Trois ans plus tard, il l'a retrouvé.


L'océan norvégien froid avait réclamé une grande partie du kit pour lui-même et était irréparable. Cependant, le plongeur a remarqué que ses détendeurs Apeks étaient toujours pressurisés et que sa bouteille contenait encore de l'air. Malgré le froid, les courants rapides, les débris, l'eau salée et la vie marine, ils n'avaient pas coulé ou fui. Ils fonctionnaient parfaitement et avaient juste besoin d'un bon nettoyage.


Après trois ans, son XTX50 était prêt pour que quelqu'un prenne un nouveau souffle.


Lorsque nous avons entendu cette histoire, nous avons su que nous voulions mettre la main sur les détendeurs et les tester dans notre atelier pour savoir ce que le test ultime de l'eau salée fait aux performances de l'une de nos détendeurs.


C'est l'histoire du XTX50 de Per Wichstad

S'exprimant depuis son domicile en Norvège, Per nous a confié : " J'ai participé à une plongée frontalière en 2016, en passant sous le vieux pont de Svinesund en Norvège et en traversant vers la Suède. La ligne droite entre la Norvège et la Suède est à son plus étroit ici et il y a un très fort courant de marée et la visibilité est extrêmement faible, peut-être 1-2 mètres. Cette fois-là, j'ai eu des problèmes sous l'eau et une chaîne d'événements m'a amené à jeter la plupart de mon matériel pour rester à flot. J'étais sûr que quelqu'un d'autre trouverait le matériel, après tout, il y avait 10 à 15 plongeurs dans l'eau. Malheureusement, en raison du fort courant et de la faible visibilité, personne n'a pu le trouver."


"J'ai à nouveau participé à la plongée frontière cette année et que sais-je encore, j'ai nagé directement dans mon ancien équipement à 25 mètres de profondeur. Quelle sensation étrange de voir le vieux matériel dans cette eau trouble. Des crabes avaient fait de mon équipement leur maison. Après un certain temps, nous avons pu remonter mon équipement à la surface".


Lorsque nous avons reçu les détendeurs de Per, notre première tâche a été de vider les coquilles de crabe, les pierres, la vie marine et le sable qui s'étaient accumulés à l'intérieur des détendeurs au cours des trois années. Malgré l'incrustation qui recouvrait la plupart des pièces, la tourelle du premier étage pivotait encore sans problème et les ajusteurs du deuxième étage étaient encore pleinement opérationnels.


Assurés que les détendeurs ne nécessitaient pas d'intervention mécanique ou d'entretien immédiat, nous les avons placés directement sur notre machine ANSTI pour simuler une plongée et voir comment ils se comportaient sous l'eau. Lorsque nous avons réalisé que leur pression inter-étage était toujours réglée en usine, il était clair que nous allions passer un bon test. Nous avons pressurisé le caisson à 53 mètres et abaissé la température de l'eau à 3 degrés Celsius. Avec un rythme respiratoire réglé à 25 respirations par minute, nous sommes restés en retrait et avons attendu de voir ce qui allait se passer.


Malgré tout ce qu'ils avaient enduré, malgré trois années passées dans de l'eau salée, l'ensemble des XTX50 de l'étape 3 ont atteint un niveau de performance qui leur permettrait de passer la norme EN250A sur l'eau froide, directement depuis le fond de la mer.


Bien sûr, ce n'est pas une publicité pour ne pas entretenir et réviser correctement vos détendeurs Apeks, mais il est bon de savoir que lorsque nous disons que vous pouvez faire confiance à un détendeur Apeks, cette histoire montre que vous pouvez vraiment le faire.

Désinfection de votre équipement de plongée

Informations sur la désinfection de votre équipement de plongée sous-marine.

Lire la suite

Technologie du graphène

La couche de base qui est tout sauf basique !

Lire la suite

APEKS FAIT LE GRAND SAUT AVEC UNE NOUVELLE INSTALLATION SOLAIRE

Le fabricant Apeks a poursuivi son passage au vert.

Lire la suite

Zéro déchet dans les décharges

Le fabricant britannique d'équipement de plongée élimine les déchets généraux mis en décharge.

Lire la suite